La pratique informelle à pour but essentiel de cultiver le Xing.

A son plus haut niveau elle ouvre au fondement de toute énergie, au Qi de Ciel Antérieur. Alors la pratique informelle nourrit profondément la culture du Ming en la baignant dans une énergie puissante et inconditionnée.

 

 

 

Il n'y a pas d'arbre de l'Eveil,

de clair miroir pas plus,

la nature de Bouddha (i.e. Xing) est toujours vide et pure,

comment et où y aurait-il une quelconque poussière?

 

Stance de Hui Neng, 6ème patriarche du Chan

 

Le pratiquant concentre son énergie sur la pratique formelle. L’exigence d’une pratique informelle lui échappe bien souvent et il ne fréquente que rarement la pensée qui a été la matrice fondatrice de sa pratique.

 

Le cheminant commence à vivre en accord avec la dimension artistique qu’il découvre dans la pratique formelle. Pour lui, l’existence d’une pratique informelle est une évidence car sa pratique s’intègre de plus en plus à sa vie quotidienne et ne peut se cantonner à la pratique des enchainements.

 

Le célébrant accorde plus de temps à la pratique informelle qu’à la pratique formelle car cette dermière a finit par se dissoudre dans chacun de ses gestes au quotidien. Ainsi le temps qu'il se donne à l'exécution des formes n'est plus pratique formelle mais Rituel Sacré de Célébration du fondement silencieux et ouvert de la vie. 

Toute la pratique informelle de l’Ecole s’appuie sur les implications, les développements, les approfondissements de l’aphorisme

 

 

 

Percevoir,

sans jugement,

sans lutte,

sans fuite